A weekend in Paris

I clearly have a love-hate relationship with Paris. I must have been 15 the first time I get a foothold there, and it was love at first sight. My parents had done things right: Disneyland Paris first of all, what’s more magical than 2 days dreaming of being a princess living in a pink castle (what could be more normal, after all). And then there were the city lights, Paris by night, the shining lights, the Eiffel Tower and my eyes that sparkle. There was also this evening at the Hilton Hotel, a gastronomic dinner that still haunts me, this panoramic view of Paris, just before going up to the Eiffel Tower. Then followed a tour of the city’s palaces, Avenue Montaigne and Les Champs Elysée of course. It was there. I had chosen to live in Paris later on, yes, I would live in hotels and dress up in Hermès and Chanel.

Well, it didn’t really happen…

I studied for my master degree in Bordeaux – I will certainly tell you more about this city in a future article – and then I’ll go to London on a whim. Yeah, I know, I can be impulsive sometimes.

Then, for work, I lived 6 months in Paris, after living in London for 1 year. That’s where things get tough. No pink, no glitter, no shiny lights. Instead, I had unintentionally activated the well-known ‘tube-work-sleep’ mode. And that’s why I only stayed there for 6 months, Paris was dull, sad and dirty (not to say very dirty). I might as well tell you that my morale was at its lowest and that a comeback in London more than needed.

Today, I wouldn’t say that I hate Paris, I’m very happy not to live there, but I still love this city which is wonderfully beautiful. I like its architecture, walks in the cobbled streets of the Marais, and the gardens of the Tuileries. I like to take my time, enjoy a terrace and a glass of wine. Being a tourist in Paris is definitely what I prefer.
paris_almosthomediary_01

J’ai clairement une relation amour-haine avec Paris. Je devais avoir 14 ans la première fois que j’y ai posé les pieds, et ça a été le coup de foudre. Il faut dire que mes parents avaient fait les choses bien : Disneyland Paris tout d’abord, quoi de plus magique que 2 jours à se rêver princesse vivant dans un chateau rose (quoi de plus normal, après tout). Et puis il y a eu les lumières de la ville, Paname by night, les lumières qui brillent, la Tour Eiffel qui scintille et mes yeux qui pétillent. Il a y aussi eu cette soirée au Hilton, un diner gastronomique qui me hante encore, cette vue panoramique sur la ville juste avant de monter dans la Tour Eiffel. S’en est suivi une tournée des palaces de la ville, l’Avenue Montaigne et Les Champs Elysée bien sûr. C’était là. J’avais choisi de vivre à Paris plus tard, oui, je vivrai d’hôtels en hôtels et m’habillerai chez Hermès et Chanel.

Laissez moi vous dire que, bah non en faite…

J’ai fais mes études à Bordeaux – je vous parlerai très certainement de cette ville coup de coeur dans un prochain article – puis direction Londres, sur un coup de tête. Oui je sais être impulsive parfois.

Pour le travail j’ai vécu 6 mois à Paris, après avoir vécu 1 an à Londres. C’est là que les choses se corsent. Pas de rose, pas de paillette, pas de lumières qui brillent. Par contre j’avais très bien activé, sans le vouloir, le fameux mode métro-boulot-dodo. Et s’est d’ailleurs bien pour cela que je n’y suis restée que 6 mois, Paris était à mes yeux terne, triste et sale (pour ne pas dire très sale). Autant vous dire que mon moral était au plus bas, et qu’un retour à Londres s’est imposé, pour mon plus grand bonheur.

Aujourd’hui, je ne dirais pas que je déteste Paris, je suis très heureuse de ne pas y vivre, mais j’aime toujours cette ville qui est merveilleusement belle. J’aime son architecture, les ballades dans les rues pavées du Marais, et le jardins des Tuilleries. J’aime y prendre mon temps, profiter d’une terrasse et d’un verre de vin. Être une touriste à Paris est définitivement ce que je préfère.

paris_almosthomediary_04

paris_almosthomediary_02

TRIP TO • Portugal, Algarve

It was the holidays, and it was good! We were amazed by the blue of the ocean, breathed ionised air, had sand under our feet, felt the sun on our skin and the salt in our hair.

During a week we visited the region of Algarve in the South of Portugal between Faro and Lagos. It was my first time in Portugal and the landscapes are breathtaking. The sea waves cut the cliffs which give the coast this shape so particular.

We stayed in the city of Albufeira, halfway between Faro and Lagos. Albufeira is not the typical town of Portugal but a city made for the tourists, there is thus nothing very interesting to see except its huge white sand beaches. Our hotel was nestled on top of the hill of the city, with a fantastic view of the ocean from our bed, the paradise. By getting off the main tracks we managed to find a small beach, only for us two during the whole morning. Despite the tonne of non-Portuguese restaurants, we managed to find the perfect one on the last day of our stay, better late than never! Outside, at the edge of the sea, I tasted a “cataplana” the typical dish of Portugal cooked and served in a big stewpot copper and made of seafood. It was a delight and the sunset view made the moment magic.

We rented a car and followed the coast by stopping in small towns, on small beaches, sometimes without really knowing where we were. We made barbecues on the beach, I only ate fishes and seafood, and far too many sardines. I swam only once because the water was too cold, except on the last day. We ate ice creams every day, sometimes several by day. We drank cocktails, slept too little and took naps on the beach.

It was the holidays, it was good and it’s already finished!

DSC_0065DSC_0121DSC_0077DSC_0035DSC_0099DSC_0085DSC_0080DSC_0055

C’était les vacances, et c’était bien ! On a pris du bleu plein les yeux, de l’air iodée dans le nez, du sable sous les pieds, du soleil sur la peau, du sel dans les cheveux.

Pendant une semaine nous avons visité la région de l’Algarve au sud du Portugal entre Faro et Lagos. C’était la première fois que j’allais au Portugal et les paysages sont à couper le souffle. La mer a découpé les falaises au rythme des vagues ce qui donne cette forme si particulière à la côte.

Nous avons séjourné dans la ville d’Albufeira, à mi-chemin entre Faro et Lagos. Albufeira n’est pas la petite ville typique du Portugal mais une ville faites pour les touristes, il n’y a donc rien de très intéressant à voir si ce n’est ses kilomètres de plages de sable blanc. Notre hôtel était niché en hauteur de la ville, avec une vue imprenable sur l’océan depuis notre lit, le paradis. En sortant des sentiers battus nous avons réussi à dénicher une petite plage que nous avons eu rien que pour nous deux, le temps d’une matinée. Malgré la tonne de restaurants tout sauf Portugais, nous avons réussi à trouver la table parfaite le dernier jour de notre séjour, mieux vaut tard que jamais ! En terrasse, au bord de mer, j’y ai dégusté une “cataplana” le plat typique du Portugal cuisiné et servie dans un grand fait-tout en cuivre et composé de fruits de mers. C’était un délice et la vue sur le coucher de soleil n’a fait que rendre le moment magique.

Nous avons loué une voiture et longé la côte en s’arrêtant dans des petits villages, sur des petites plages, parfois sans vraiment savoir où l’on était. On a fait des barbecues sur la plage, j’ai mangé que du poisson et des fruits de mer et beaucoup, beaucoup trop de sardines. Je ne me suis baignée qu’une seule fois parce que l’eau était trop froide, sauf le dernier jour. On a mangé des glaces tous les jours, parfois plusieurs par jours. On a bu des cocktails, dormi trop peu et fait des siestes sur la plage.

C’était les vacances, c’était bien et s’est déjà terminé !